Si le service national n’attire pas beaucoup de jeunes, s’engager dans l’armée est devenu pour beaucoup d’Algériens le moyen idéal pour trouver un emploi stable, pérenne et relativement bien payé. Pour cela, la loi exigeait du postulant un âge minimum de 23 ans et un âge maximum de 27 ans.

Dorénavant, les jeunes algériens peuvent s’engager dans l’armée dès l’âge de 21 ans. Selon différentes sources, l’âge requis pour l’engagement dans l’armée est abaissé à 21 ans au lieu de 23 actuellement. Cela concerne notamment les hommes de troupe contractuels.

En plus de l’âge, les documents exigés dans le dossier à fournir pour le recrutement devra être ramené à 4 seulement ; autrement dit, au strict minimum.

Cet effort vise essentiellement à attirer plus de jeunes algériens dans le but de les engager au sein de l’armée. Cette dernière, confrontée à d’énormes défis en matière de lutte contre le terrorisme, a plus que jamais besoin d’effectifs professionnels totalement engagés. Des hommes qui vont remplacer, petit à petit, les appelés du service national. Ces derniers se trouvent souvent dans des situations qu’ils ne maitrisent pas.

Parallèlement à ces efforts de recrutement, l’armée se désengage progressivement des appelés du service national. Beaucoup de jeunes sont en effet dispensés de cette obligation qui bloque beaucoup d’Algériens désireux de chercher un emploi.

Selon différentes sources, le gros du contingent des effectifs de l’armée algérienne est toujours issu du service national. Ce qui nécessite plus de recrutements.

Saïd Sadia