Les réserves en devises de notre pays continuent de baisser. Et leur baisse devient de plus en plus inquiétante. Le FMI vient de rendre public un rapport où il prévoit une importante chute de ces réserves qui représentent notre tirelire en cas de choc économique extrême. 

Et si les réserves internationales nettes de l’Algérie ont représenté 22,5 mois d’importation en  2016, cette année 2017, elles devraient baisser à 19,5 mois, selon les projections du FMI qui nécessaire” de poursuivre les réformes pour diversifier l’économie” afin de ne pas sombrer dans les méandres d’une crise lancinante et dangereuse. Le FMI propose à l’Etat algérien de maîtriser “les dépenses courantes” et de “poursuivre la réforme des  subventions tout en protégeant les plus démunis, et accroître l’efficience de l’investissement public et en réduire le coût”.

Pour mieux gérer les conséquences de la crise financière, l’Etat algérien doit aussi entrevoir la possibilité de procéder à un recours prudent à l’endettement extérieur et la cession d’actifs publics ” tout en optant pour un taux de change plus  flexible”, suggère en dernier lieu le FMI.