Le contenu de certaines émissions ramadhanesques ont choqué de nombreux internautes algériens. Les multiples caméras cachées diffusées sur les chaînes privées algériennes ont révolté les téléspectateurs en raison de leur violence et de leurs dérapages sémantiques. 

Le coup de grâce fut porté mercredi soir par Ennahar TV qui a piégé dans des conditions humiliantes Rachid Boudjedra, le célèbre écrivain algérien. Les images diffusées par Ennahar TV dévoilent un homme humilié, violenté et touché dans son amour propre.

Ces séquences ont soulevé une vague d’indignation générale sur les réseaux sociaux. Et depuis une pétition a été lancée pour réclamer à l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) l’interdiction de ce genre de programmes. “Ils portent atteinte à l’intérêt général et nuisent même à l’image de la personne piégée”, estiment les auteurs de cette pétition qui circule massivement sur le web algérien. “Des programmes non-conformes aux normes d’autorégulation éthique et esthétique. C’est pour cela que l’ARAV doit empêcher la diffusion des programmes de caméra cachée durant le mois de Ramadan, le mois du repentir, du Pardon, de la Miséricorde et de l’expiation des péchés”, souligne encore cette pétition.

Le débat fait toujours rage autour de ces programmes télévisuels. Et jusqu’à cette heure-ci, l’ARAV ne s’est toujours pas exprimée pour sanctionner ou rappeler à l’ordre les promoteurs de ces programmes.