Ces derniers jours, le PDG de Naftal,  Hocine Rizou, est au coeur d’une très vive polémique qui s’est transformée en un scandale sexuel. Des cercles malsains ont diffusé une vidéo indécente montrant un rapport sexuel avec un homme pour accabler sa personne et la discréditer à jamais. Choqués, des employés de Naftal ont organisé hier matin (mardi) un rassemblement pour réclamer sa démission. 

L’information a suscité également un véritable tollé sur les réseaux sociaux. Mais NAFTAL a dénoncé une véritable “manipulation” qui vise à déstabiliser l’entreprise, une filiale stratégique de Sonatrach. Une plainte a été déposée et une enquête est en cours pour identifier les personnes à l’origine de la diffusion de cette vidéo scandaleuse.

De son côté, Hocne Rizou, n’a pas baissé les bras et refuse d’abdiquer. Il faut dire que cette controverse ne date pas d’aujourd’hui puisqu’au sein de NAFTAL, des voix se sont élevées depuis plusieurs semaines pour réclamer des explications au sujet de ce scandale sexuel qui vient d’être porté brutalement sur la scène publique.  Cette vidéo amateur prise il y a de cela plusieurs jours par des témoins oculaires montre un PDG qui dialogue avec ses employés et tentent de les rallier à sa cause. “Je suis venu ici pour travailler, je vous le jure !”, a-t-il à des syndicalistes de NAFTAL. “N’écoutez pas les fausses rumeurs, ne dites pas du mal de quelqu’un que vous ne connaissez pas. Hram alikoum”, avait-t-il déjà confié à l’époque dans l’espoir d’étouffer une polémique qui porte gravement préjudice à sa vie privée. “Naftal est ma première priorité. J’ai peur pour son avenir et je veux veiller sur elle”, assène-t-il dans ce dialogue improvisé et spontané qui en dit long sur l’atmosphère électrique qui règne depuis un bon moment au sein de NAFTAL où une cellule de crise a été installée hier mardi pour gérer les conséquences de cette tempête.