C’est un scandale qui a été soigneusement étouffé par la filiale Algérenne de Renault Trucks. En 2015, un cabinet spécialisé dans les études des risques industriels a réalisé un rapport confidentiel qui mesure l’impact sur l’environnement du site de Renault Trucks à Koléa, dans la wilaya de Tipaza. 

Grâce à ses investigations, Algériepart a obtenu ce rapport confidentiel qui démontre que des rejets industriels très dangereux pour la santé humaine ont été déversés par cet opérateur étranger dans le réseau de assainissement public de la ville de Koléa. Les mesures et analyses environnementales sur le site RENAULT TRUCKS KOLEA (air, liquide, solide) dévoilent une pollution très dangereuse qui aurait pu nuire directement à la vie des habitants de cette ville fortement peuplée.

Caché dans les tiroirs, aucune information n’avait filtré sur ce rapport inquiétant. Et aucune instance officielle n’a pris le soin d’enclenche une enquête suite à ce danger avéré de pollution. Que dit exactement ce rapport ?

D’abord, il faut savoir que l’objectif de cette étude est “d’établir à la demande du groupe RENAULT TRUCK situé à Koléa, des analyses et mesures de la qualité des eaux de rejet vers le réseau d’assainissement public du site conformément à la réglementation locale algérienne”, explique d’emblée ce rapport. “Cette étude comprendra les analyses et mesures réglementaires des échantillons liquides prélevés directement sur le réseau de canalisation égout du site, des échantillons solides prélevés aux alentours du site”, souligne encore la même source.

Et à la fin des analyses des divers échantillons, les résultats font vraiment froid dans le dos. Dans les rejets du site de Renault Trucks, les analyses experts ont retrouvé des traces de cyanures considérés comme étant des composés mortels, des traces certains hydrocarbures et leurs dérivés qui peuvent être cancérigènes (hydrocarbures aromatiques polycycliques). “Il apparaît ainsi à partir des résultats d’analyses de l’échantillon liquide et solide, la présence d’une pollution solide et liquide, présence de polluants dangereux à effets néfastes pour la santé”, affirme clairement ce rapport confidentiel. Des milliers d’habitants de Koléa ont été donc exposés à des infections mortelles.

“Ces résultats nous ont permis de constater que les rejets liquides des égouts RENAULT TRUCKS KOLEA sont fortement pollués. Ils sont chargés de polluants au-dessus de la norme de rejet en réseau d’assainissement public (hydrocarbures dépassant 30 fois la norme, huiles et graisses 18 fois plus élevées que la norme, cyanures trois fois plus concentrés que la norme…)”, lit-on encore dans la conclusion de ce rapport très délicat.

“Tout comme l’échantillon liquide, l’échantillon solide a montré une forte présence des mêmes polluants, principalement des hydrocarbures totaux, huiles et graisses avec des concentrations respectivement de 448,22 mg/kg matière sèche et 278,34 mg/kg matière sèche, la présence de métaux lourds dont certains sont toxiques (plomb, zinc, arsenic…) De même que pour l’échantillon liquide analysé, l’échantillon solide est non conforme pour un épandage en terre agricole (concentration limite d’hydrocarbures 10 mg/kg matière sèche)”, indique le même rapport en notre possession.

Les experts auteurs de ce rapport ont clamé enfin leur étonnement face à l’ampleur de la pollution provoquée par ce site de Renault Trucks qui est normalement “destiné seulement au stockage de pièces de rechange pour véhicules lourds, il n’est pas utilisé pour la vidange ou la maintenance des camions”.

“En conséquence, les résultats des analyses de l’étude nous laisse penser que la présence d’hydrocarbures, huiles et graisses à des concentrations très élevées ne sont probablement pas liés à des opérations ou activités de RENAULT TRUCKS KOLEA, mais peut être à une pollution extérieure par des fuites et des infiltrations, visibles sur le site RENAULT TRUCKS et liées aux activités des sites voisins”, conclut ce rapport qui n’a jamais  été révélé au grand public. Et jusqu’à aujourd’hui, les autorités algériennes n’ont pas pris le soin de déclencher une enquête approfondie pour protéger toute une population contre les risques des maladies cancérogènes que pourrait causer cette pollution industrielle. Rappelons enfin que Renault Trucks appartient au groupe AB Volvo depuis 2001. Renault Trucks constitue la deuxième entreprise en taille du groupe Volvo.

Vous pouvez consulter ce rapport confidentiel dont nous détenons une copie en visualisant ce lien :

Des composants mortels et cancérigènes rejetés par un site de Renault Trucks en Algérie by Anonymous uKab5aIwr on Scribd