L’Algérie figure parmi les pays qui ont permis à la Syrie de respirer en lui fournissant encore et toujours du carburant. En effet, le principal fournisseur de carburant est l’Iran, puis l’Algérie et de la Russie, selon l’hebdomadaire économique en ligne The Syria Report.

Cette assistance de l’Algérie permet de maintenir la survie de la Syrie alors que ses pertes économiques atteignent des records jamais inégalés.  “Les pertes dans le secteur pétrolier ont atteint 66 milliards de dollars à ce jour. Depuis 2010, la production de pétrole a reculé de 98% et celle de gaz de 52%”, a révélé à ce sujet le ministre syrien du Pétrole et des Ressources minières Ali Ghanem.  Selon le ministre, la production de brut est passée de 385.000 à 8.000 barils par jour (b/j), l’extraction de gaz de 21 millions à 9 millions de m3 par jour et celle de phosphate s’est arrêtée.

C’est une véritable opération de destruction. Même le secteur de l’éducation a été durement touché par cette guerre atroce dont est victime la Syrie.7.000 écoles ont cessé de fonctionner, soit le tiers des écoles de Syrie, et le nombre d’enseignants -qui était de 370.000 en 2010- a baissé de 37%. Une véritable tragédie.