Le mois de Ramadhan est le mois où les Algériens restent scotchés devant leurs téléviseurs. Algériepart s’est procuré en exclusivité une étude réalisée par l’agence spécialisée MMR. Une étude qui mesure l’audience des chaînes de télévision algériennes et étrangères depuis le début de ce mois sacré. 

Et de cette étude menée dans les plus grandes villes du pays, à savoir Alger, Constantine, Oran, Béjaïa, Blida, Tlemcen et Sétif. MMR a utilisé la méthode CATI pour évaluer les audiences des diverses chaînes de télévision. Cette méthode permet de réaliser des interviews qui sont réalisées au téléphone par un enquêteur qui lit les questions à l’écran, ou diffuse les questions audio, saisit les réponses au clavier et enregistre les réponses aux questions ouvertes.

Et dés le deuxième jour du mois de Ramadhan, c’est la chaîne Echorouk TV qui s’est imposée sur le podium avec 34 % des parts d’audience. Elle est talonnée par Ennahar TV qui rafle 19 % des audiences. La première chaîne étatique qui arrive sur le podium est la “A3”, mais son audience est nettement inférieure à celle d’Echorouk TV. La “A3” obtient à peine 9 %. Ces chiffres démontrent définitivement que les chaînes privées ont définitivement damé le pion à la télévision étatique.

L’autre surprise de cette étude est la victoire remportée par les télévisions algériennes dans leur bras-de-fer contre les célèbres chaînes arabes comme MBC. Echorouk TV a dominé effectivement MBC2 lors du début de ce mois de Ramadhan. MBC2 qui diffuse, pourtant, de nombreux feuilletons et dramas arabes n’a réalisé que 5 % des parts d’audience.

NESSMATV réalise une part d’audience de 6 % et peine elle-aussi à concurrencer avec les Echorouk TV ou Ennahar TV.