Effarant ! Après 18 années de recherches et de travail, Saïd Bouhlal, professeur chercheur à l’université de Sétif, a réussi à mettre au point un procédé révolutionnaire permettant de transformer et de perfectionner la structure de n’importe quel type de plastique pour le faire revenir à son état initial, en le dotant, de surcroit, de propriétés additionnelles.  

Grâce à ce procédé, le produit tiré de cette transformation est susceptible de trouver des usages dans divers domaines d’activité, dont ceux des industries aéronautique et de l’automobile en particulier. Saïd Bouhlal a déposé un brevet aux Etats-Unis et l’exploitation de cette invention a commencé d’ores et déjà dans ce pays. Prochainement, c’est en Inde que le brevet du chercheur algérien sera concrétisé dans des projets industriels.

Et en Algérie, aucune instance ne s’est intéressée à la trouvaille de Saïd Bouhlal. Une indifférence générale alors que la transformation des déchets en plastique revêt un enjeu économique important dans le monde d’aujourd’hui. “Nul n’est prophète en son pays” confie enfin amèrement Saïd Bouhlal lors de son passage sur les ondes de la radio Chaîne III.