Algériepart s’est procuré ce lundi des documents exclusifs qui démontrent que la wilaya de Batna a refusé la candidature de Messaoud Benagoun, le ministre du Tourisme limogé hier dimanche par la Présidence de la République, aux élections législatives du 04 mai, en raison de ses antécédents judiciaires. Mais le ministère de la Justice est intervenu pour effacer son casier judiciaire. 

Nos documents prouvent que Messaoud Benagoun a été condamné le 6 avril 2010 à six mois de prison avec sursis et 20 mille Da d’amende dans une affaire pénale traitée par la Cour de Bir Mourad Raïs à Alger. “L’ex-ministre” du Tourisme a fait appel de cette condamnation au niveau de la Cour d’Alger. Celle-ci a condamné Messaoud Benagoun par contumace le 28 mai 2012 en maintenant la même sentence.

Bizarrement, Messaoud Benagoun a attendu jusqu’au 16 mars 2017 pour faire une opposition contre ce jugement. Et la première audience de cette nouvelle affaire s’est déroulée le 24 avril 2017. Sur la base de toutes ces informations, la wilaya de Batna a invalidé sa candidature aux élections législatives. Messaoud Benagoun s’est adressé, par la suite, au tribunal administratif de Batna pour poursuivre en justice le Wali.

Étrangement,  le 19 mars 2017 Messaoud Benagoun gagne son procès contre le wali de Batna et force l’administration locale à valider sa candidature aux élections législatives en dépit de ses antécédents judiciaires. Le juge administratif de Batna a fini par valider la candidature de Messaoud Benagoun et annuler la décision du Wali. Selon le juge, la décision pénale prise à l’encontre de Messaoud Benagoun n’est pas encore définitive.

Le ministère public, à savoir le ministère de la Justice, a effacé le casier judiciaire de Messaoud Benagoun selon une correspondance envoyée par le Procureur général près de la Cour d’Alger à son collègue le Procureur général de la Cour de Batna. Il est à noter que les Procureurs généraux dépendent directement du ministre de la Justice dans notre pays. Cette correspondance date exactement du 16 mars 2017. C’est à travers cette procédure que la justice a blanchi Messaoud Benagoun. Ce dernier a été nommé plus tard ministre du Tourisme avant d’être limogé dans des conditions obscures et controversées par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.