Inédit et incroyable. Difficile de trouver les superlatifs qui ne manquent pas de force et de puissance pour qualifier ce qui vient de se passer. Deux jours après sa nomination, le ministre du tourisme,  Messaoud Benagoun, vient d’être limogé par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. 

Un limogeage motivé par les informations étonnantes recueillies au sujet du parcours de ce ministre. En effet, le profil de Messaoud Benagoun ne colle tout simplement pas aux exigences de la fonction d’un ministre. Selon les informations recoupées par Algériepart, Messaoud Benagoun n’a même pas  réussi à obtenir son diplôme en droit qu’après 11 ans de… rattrapage. La Présidence de la République a décidé donc de rectifier le tir en procédant à son limogeage pour éviter que la situation ne dégénère.  Dés dimanche matin, Messaoud Benagoun a été prié de quitter ses fonctions. Et des agents de sécurité lui ont interdit d’accéder à son bureau au niveau du ministère du Tourisme.

A la faculté de droit de Ben Aknoun, où il était inscrit en tant qu’étudiant de 2001 jusqu’à 2015, et à la cité universitaire Taleb Abdrahmane, Messaoud Benagoun est connu pour avoir été un étudiant nonchalant qui collectionne les contre-performances et ses compétences intellectuelles laissent à désirer. La désignation de Messaoud Benagoun comme ministre a suscité l’étonnement y compris dans son propre entourage.

Sur les réseaux sociaux, le désormais ex-ministre du Tourisme suscitait une vive polémique notamment suite à la diffusion des images et captures d’écran de son profil Facebook. Les publications de “cet ancien ministre” laissent transparaître une personnalité puérile. Les contenus partagés et les centres d’intérêts de Messaoud Benagoun manquent cruellement de maturité. jugez-en par vous même :

A 35 ans, cet ancien militant du Front El-Moustakbel, Abdelaziz Belaid, avec lequel Messaoud Benagoun est lié par des liens de parenté, et actuellement membre du MPA d’Amara Benyounès, a failli devenir le ministre le plus jeune du gouvernement.

Véritable erreur de casting, sa nomination au gouvernement de Tebboune tourne au scandale. Aujourd’hui, son limogeage alimente une véritable mascarade. Et cet épisode ne manquera de faire couler encore beaucoup d’encre dans les jours à venir.