Le mois de Ramadhan commence mal, très mal pour les habitants de l’oasis de Timimoun et de ses ksours millénaires. Les deux-tiers des quartiers de cette ville saharienne sont privés d’eau potable depuis plusieurs jours. Il n’y a plus aucune goûte d’eau qui coule de leur robinet. 

La colère bat son plein et les habitants sont sortis crier leur colère dans les rues. Ce premier jour du Ramadhan, une température caniculaire a martyrisé la population de plusieurs quartiers alimentés en eau pendant uniquement deux heures par jour. Les habitants sont contraints de se réveiller à 4 H du matin pour s’approvisionner en eau. A partir de 6 H du matin, toute une population est abandonnée à la soif. Selon des sources locales, cette pénurie d’eau s’explique par la vétusté des équipements communales. En plus, le nombre des habitants a beaucoup augmenté ces dernières années en raison de la construction de nombreux logements sociaux et publics. Les besoins en eau ont explosé et les autorités locales peinent à trouver des solutions concrètes pour étancher la soif des habitants.

Plusieurs sources locales craignent une radicalisation de la protesta populaire si cette pénurie perdure encore longtemps au coeur de ce mois très chaud de Ramadhan dans cette bourgade du sud de notre pays.