Ce qui était présenté il y a quelques jours comme de simples rumeurs infondées se confirme de plus en plus : de véritables pratiques de fraude s’opèrent en ce moment même au sein de TLScontact, le principal et le plus important centre de traitement des demandes de visa en Algérie. 

Selon les investigations d’Algériepart, au moins deux agents de TLScontact ont été limogés récemment après avoir réussi à pirater le serveur de ce centre. Un piratage qui leur a permis de trafiquer les rendez-vous pour les dépôts des dossiers de visas. Une opération qui leur permettait de revendre sous le manteau des rendez-vous à des demandeurs pressés d’obtenir rapidement leurs visas Schengen. Malheureusement, ce limogeage n’a pas suffi pour assainir la situation au sein de TLScontact.

D’autres agents opèrent dans ce trafic de revente de rendez-vous et cette activité illicite, qui nuit à des milliers d’Algériens désireux de se déplacer en France et en Europe, a donné naissance à un véritable business mafieux. La rédaction d’Algériepart s’est procurée elle-même le numéro d’un de ses agents véreux de TLScontact. Après l’avoir contacté au téléphone, notre interlocuteur a reconnu, sur un ton craintif, qu’il est disposé à nous “régler” l’affaire et nous trouver un rendez-vous proche pour déposer notre dossier et repartir à la fin avec le précieux sésame. Pour ce faire, il faut débourser au moins 7,5 millions de centimes, à savoir 75 mille Da.

“Dites-moi, d’abord, qui vous a recommandé ? Très peu de personnes ont mon numéro et je dois savoir l’identité de votre contact pour que je puisse vous faire confiance et traiter avec vous cette affaire”, explique clairement cet agent de TLScontact dont nous préférons taire l’identité.

Ce trafic des rendez-vous pour déposer la demande de visa ne se limite pas à certains agents de TLScontact. De véritables réseaux se sont constitués à l’extérieur de ce centre. Les fraudeurs sont déployés dans trois lieux stratégiques : un cybercafé situé à El Annasser ou ex-Ruisseau, une agence de vloyage située à Kouba et un autre cybercafé situé à El-Harrach. Dans ces trois lieux, la prise de rendez-vous est facturée à tous les prix : de 40 mille Da jusqu’à 200 mille Da, voire plus pour certains hommes d’affaires.

Le système est toujours presque le même : une personne doit vous recommander et vous devez citer son nom lorsque vous vous présenter dans ces trois lieux. Ensuite, un intermédiaire demandera de ramener une puce non-identifiée et toutes les pièces de votre dossier. Le rendez-vous est rapidement accordé et il ne vous reste qu’à se présenter à TLScontact pour continuer la procédure au moment où des milliers d’Algériens essuient des refus sans aucun motif clair et précis.

Après avoir recueilli toutes ces informations auprès de plusieurs membres de ce réseau de fraudeurs, nous avons tenté de joindre TLScontact pour obtenir leurs explications. Malheureusement, pour l’énième de fois, il n’est pas possible la moindre réaction. Le silence demeure entier et l’obscurité totale.