Un véritable scandale ébranle l’Entreprise nationale des industries électroniques (l’ENIE), basée à Sidi Bel Abbès, à l’ouest du pays. La célèbre entreprise publique qui fabrique des produits électroniques et électroménagers a été épinglée par un rapport secret et confidentiel en 2015. Un rapport dont Algériepart détient une copie. 
Dans ce rapport de commissariat aux comptes qui a planché sur les activités de l’ENIE durant toute l’année 2015, il est relevé de graves anomalies et parmi lesquelles un détournement des logements de fonction. En effet, ce rapport confidentiel cite expressément le PDG de l’ENIE, Djamel Bakkara,  et le directeur général des capitaux marchands, Oumelal Ali, au niveau du ministère de l’Industrie. Ces deux hauts responsables sont accusés de gestion douteuse, pour ne pas dire de détournement, des villas et des appartements de fonction.
Comme mentionné dans le rapport du commissaire aux comptes de l’entreprise, des détournements des biens de l’entreprise par le PDG et le directeur général des capitaux marchands ont été constatés. Le commissaire aux comptes a relevé également que ces agissements ont affecté gravement la gestion de l’ENIE, naguère l’un des fleurons de l’industrie algérienne et aujourd’hui empierrée dans la crise dans un environnement très concurrentiel.
 
Selon nos informations, le PDG du groupe Elec El Djazair, dont l’ENIE est une filiale, Trabelsi Brahim, a été remplacé en décembre 2016 après avoir essayé d’imposer un véritable assainissement au sein de l’ENIE. Le conseil d’administration de l’Elec El Djazair a été, par la suite, reconfiguré. Et ce scandale est resté dans les tiroirs sans que cela n’émeuve personne.