Les images sont poignantes et les internautes algériens ont été scandalisés par cette répression qui s’est abattue ce dimanche sur les anciens militaires blessés des années 90 qui ont commencé une marche à partir de Boumerdès vers la capitale Alger. 

Une marche violemment réprimée aux environs de Reghaïa et de Boudouaou où un défilé incessant d’ambulances emmenant des blessés a été observé par des témoins oculaires. Dans cette vidéo, on aperçoit le nombre important des manifestants qui ont été pourchassés et bastonnés par les éléments de la gendarmerie nationale.

Pour rappel, la situation sociale des personnels militaires ou civils assimilés décédés ou blessés durant la lutte antiterroriste est jugée très déplorable. Les militaires appelés du service national, ainsi que les rappelés ayant été reconnus inaptes pour inaptitude physique ou maladies imputables au service ou aggravées par le fait du service, bénéficient, certes, d’une pension de retraite calculée par référence au traitement servi aux militaires en activité du même grade.

Mais le montant de cette pension demeure dérisoire puisqu’il dépasse à peine les 80% du SNMG. Pour faire entendre leur voix, ses anciens militaires et les familles des soldats tombés au champ d’honneur durant les années 90, se sont regroupés dans la coordination nationale des retraités et des radiés de l’ANP. Leurs principales revendications portent sur la révision à la hausse des pensions de retraite, la revalorisation des primes de blessure, l’octroi des licences de taxi ou café pour les retraités de l’ANP, l’accès aux logements sociaux et lots de terrain, la prise en charge médicale de qualité pour les retraités de l’ANP atteints de maladies et autres.

Ces revendications n’ont pas été satisfaites par les autorités politiques. Et face à l’entêtement des anciens militaires et leurs familles, le pouvoir semble opter pour la répression afin d’empêcher la propagation à travers tout le pays d’un mouvement contestataire qui ne cesse de prendre de l’ampleur.