Les Algériens travailleront de 9 H 00 jusqu’à 16 H 00 au cours du mois sacré du Ramadhan. C’est du moins ce que vient de décider la Direction générale de la Fonction publique et de la Réforme administrative qui  a rendu public un communiqué annonçant les horaires qui seront applicables dans les institutions et les administrations publiques durant le mois de Ramadhan. 

Cependant, dans plusieurs wilayas du sud du pays, à savoir Adrar, Tamanrasset, Illizi, Tindouf, Bechar, Ouargla, Ghardaïa, Laghouat, Biskra et El Oued, ces horaires sont fixés de 07h30 à 14h30. Il est à noter que de nombreux chefs d’entreprises craignent une baisse importante de la productivité au cours du mois du Ramadhan. De nombreux employés algériens revoient leur organisation de travail et certains préfèrent prendre leurs congés pendant ce mois. Cependant, aucune étude scientifique n’a pu démontrer l’impact négatif du Ramadan sur la productivité au travail.

En 2015, Mouloud Kheloufi, président de l’Association générale des entrepreneurs algériens, avait jeté un véritable pavé dans la mare en déplorant dans une déclaration publique que “la rentabilité baisse de 50% à cause de plusieurs facteurs: les gens qui ne travaillent pas dans leur ville d’origine rentrent chez eux pour le Ramadan, certains durant la dernière semaine, d’autres vont faire une Omra”. Le nombre d’heures travaillées ne dépasserait pas les “4 heures par jour”, selon lui. Une affirmation qui n’est confirmée, ni infirmée, par aucune statistique officielle.