Les résultats financiers du premier trimestre 2017 de l’opérateur de téléphonie mobile Djezzy relancent plus que jamais la polémique sur le bilan du controversé Vincenzo Nesci. L‘actuel président du conseil d’administration de Djezzy fait l’objet à Alger de sévères critiques depuis plusieurs semaines car la santé financière et économique de celui qui fut naguère le premier opérateur de téléphonie mobile est de plus en plus chancelante.

 En effet, dans le rapport financier rendu public la semaine passée par Vimpelcom, la maison mère de Djezzy qui partage l’actionnariat de l’opérateur algérien avec l’Etat algérien à travers le fonds national d’investissement (FNI), il en ressort la perte de 600.000 abonnés de Djezzy durant le premier trimestre 2017 par rapport à la même période 2016 ! Un chiffre énorme et qui fait froid dans le dos.

Les revenus de Djezzy sont en baisse de plus de 15% alors que les bénéfices ont dégringolé de 26,5% !  Le même rapport nous apprend que l’ARPU qui est le revenu moyen par abonné est passé de 586 DA à 513 DA soit une baisse de plus de 13%.  Néanmoins, ce qui reste surprenant c’est le CAPEX, à savoir le total des dépenses d’investissement (corporel et incorporel) consacrées à l’achat d’équipement professionnel. Cet indicateur reste inchangé alors que Djezzy est en plein déploiement de la 4G.  Le CAPEX s’établit à 2.9% et demeure inchangé entre 2016 et 2017 pour la même période. C’est dire que les efforts de modernisation de Djezzy restent très faibles.

En dépit de ces mauvais résultats, les autorités algériennes ferment les yeux alors qu’elles représentent l’actionnaire majoritaire de Djezzy avec 51 % des parts. Au moment où les dirigeants Algériens des entreprises publiques ont été limogés du jour au lendemain, aucune décision n’est prise dans le cas de Djezzy où ses managers semblent bénéficier d’une immunité qui fait jaser à Alger. Signalons enfin que le rapport de Vimpelcom a été révélé au moment où ce groupe basé à Amsterdam a dépêché à Alger une grande délégation d’auditeurs dépêchés pour éplucher les comptes et la gestion de Vincenzo Nesci.

Pour consulter le rapport sur les résultats financiers de Vimpelcom, cliquez sur ce lien.