Après le succès de la manifestation de Béjaïa, les syndicats autonomes veulent faire une nouvelle démonstration de force. Ils vont se réunir le 20 mai prochain pour adopter une position commune sur la mouture du nouveau code de Travail. Une position qui déterminera les actions futures de ce conglomérat de syndicats qui représentent une proportion conséquente des salariés de la Fonction publique.

Selon des sources syndicales, l’intersyndicale de la Fonction publique devrait durcir ses actions. Si les propositions des syndicalistes ne sont pas retenues, ils vont sortir dans la rue. La future manifestation aura lieu dans la capitale et non pas dans une ville de l’intérieur.

L’avant-projet de Code de travail a été remis à tous les syndicats dans le but de l’enrichir. Mais selon des indiscrétions, le ministère du Travail s’apprête à présenter la copie du gouvernement intégralement au prochain parlement. Une information qui alerte les syndicats autonomes qui veulent d’abord tester les futurs députés avant d’entreprendre quoique ce soit.

Les syndicats autonomes, qui sont sur le point de constituer une centrale syndicale, ont déjà organisé, fin avril, une grandiose manifestation à Béjaïa. Ils ont protesté contre la baisse du pouvoir d’achat et comptent notamment peser dans le débat sur le Code du Travail et sur les conditions de vie des travailleurs de manière générale.

Essaïd Wakli