La Fédération algérienne de football (FAF) réagit enfin aux différents scandales liés à la corruption qui caractérisent cette fin de saison.

Dans un communiqué, l’instance fédérale indique que suite aux «très graves accusations» d’Azzouz Tebbou, président de la JSM Skikda, elle a décidé de «charger ses commissions de discipline et d’éthique d’enquêter sur ce dossier». A cet effet, celui-ci «sera convoqué et auditionné par la Commission de discipline pour s’expliquer sur la teneur de ses déclarations».

Le premier responsable du club de Skikda a en effet émis des «doutes» sur les résultats de deux matchs de la 28e journée de la Ligue 2, en l’occurrence ASO Chlef – USM Blida et ASM Oran – US Biskra, remportés par les visiteurs respectivement avec les scores de 4 – 1 et 4 – 2. Or, Blida et Biskra étaient en concurrence avec Skikda pour l’accession. Et c’est justement ces deux clubs qui ont réussi à décrocher leurs billets pour la Ligue 1.

Si la FAF décide de déclencher des enquêtes, cela ne veut nullement dire que ça va aboutir. Il est même fort à parier que c’est Azzouz Tebbou qui va être sanctionné, à moins que celui-ci ne dispose de preuves solides. Notons, dans ce contexte, l’ancien bureau fédéral avait déjà sanctionnés des dirigeants pour avoir «proférer» des accusations «sans fondements».

Les autorités judicaires, plus aptes à enquêter de manière plus efficace, ne s’autosaisissent jamais. Les instances en charge de la chose footballistique «rechignent» à déposer des plaintes auprès des tribunaux. C’est ce qui fait que des accusations de corruption surgissent à la fin de chaque saison, mais sans conséquence sur le court des événements.

Elyas Nour