La ligne ferroviaire Alger-Tunis devait être fonctionnelle dès le 1er mai en cours. Mais 48 heures avant, la Société nationale de transport ferroviaire (SNTF) a décidé de reporter son lancement. Si dans un premier temps, l’entreprise a évoqué des «problèmes techniques» en guise d’explication, des responsables de la STNF d’Annaba avancent maintenant d’autres raisons.

Il semblerait ainsi qu’il était impossible d’ «exploiter l’autorail moderne affecté initialement pour cette ligne» à cause de «son gabarit inadapté aux tunnels présents le long du trajet». Les responsables de la SNTF ne se sont rendus compte de cette anomalie que quelques heures avant le lancement de la desserte.

A cet effet, il a été procédé au changement de l’autorail. Ainsi, «une rame classique dont la vitesse varie entre 80 et 120 km par heure a été réhabilitée». La Société rassure toutefois ses potentiels clients que la nouvelle rame sera dotée de toutes les commodités. «Les travaux de requalification subis par la rame classique ont été réalisés au niveau des entrepôts de maintenance de la SNTF à Sidi Bel Abbès et ont porté sur la rénovation des équipements intérieurs des wagons avec des designs modernes, en sus de leur dotation en système de climatisation et autres commodités nécessaires pour le repos des voyageurs», indique-t-on de même source.

Néanmoins, il est clair qu’atteindre la Tunisie par train depuis Alger prendra beaucoup plus de temps que les six heures annoncées initialement. Des essais sont par contre en train d’être effectués. Le lancement de la ligue se fera dans les jours à venir, ajoute-t-on du côté de la SNTF.

Elyas Nour