Après le ministre de la Jeunesse et des Sports, Ould Ali El Hadi, c’est au tour du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, de demander, en des termes à peine voilés, à Mustapha Berraf, président du Comité olympique algérien (COA), de renoncer à sa candidature à sa propre succession.

Lors d’une intervention faite, dimanche, à Sétif, où il était en visite, le premier responsable de l’exécutif s’est demandé, en s’exprimant sur les résultats «négatifs» enregistrés l’année dernière dans divers disciplines sportives, «pourquoi certains s’accrochent à tout prix à leurs postes malgré l’échec». Des propos qui visent évidemment le patron du COA qui avait annoncé, la veille, lors de l’Assemblée générale ordinaire de l’instance olympique, sa candidature pour un nouveau mandat. «Ceux qui ont échoués, alors que des moyens colossaux ont été alloués au sport,  doivent partir», a affirmé M. Sellal.

Notons que 48 heures avant l’AGO de l’instance olympique, Ould Ali El Hadi avait déclaré que cette dernière devait des «éclaircissements» à la tutelle au sujet des «allocations versées par l’Etat dans le cadre de la préparation des Jeux africains 2015 et des Jeux olympiques de Rio 2016». Apparemment, «le montant a été utilisée à d’autres fins que celles prévues» sans demander l’autorisation des départements des Sports et de la Finance. Une déclaration qui avait été interprétée comme étant un «ordre» lancé à Berraf pour ne pas se représenter.

Malgré cela, M. Berraf a annoncé sa candidature. Ce qui a poussé finalement le Premier ministre à s’impliquer dans ce bras de fer. Cela suffira-t-il pour pousser celui qui a présidé le COA pendant 20 ans à renoncer à un cinquième mandat ? Les choses s’éclairciront dans les quelques jours à venir.

Elyas Nour