Les autorités ont pris la décision d’interrompre le tirage du quotidien arabophone Echorouk au niveau des deux imprimeries publiques de Bab Ezzouar, la société d’impression d’Alger (SIA), et celle d’Alger-centre, la Simpral. 

Selon des sources proches du groupe de médias Echorouk, les responsables de ces deux imprimeries ont reçu l’ordre de stopper dans la nuit de lundi à mardi le tirage de ce quotidien d’obédience islamiste qui dispose d’un vaste lectorat populaire. Les raisons de cette “censure” demeurent, jusqu’à cette heure-ci, inconnues.  Pour rappel, le quotidien Echorouk est endetté auprès de ses deux imprimeries et ses ardoises s’élèvent à plusieurs milliards de centimes.