Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a indiqué, samedi, au terme d’une visite dans la wilaya de Médéa que «les ressources financières du pays ne permettent plus de satisfaire toutes les demandes des citoyens». Une déclaration aux antipodes du discours rassurant d’il y a quelques mois à peine.

Il faut croire que le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a décidé de se défaire de son optimisme feint en reconnaissant que «les ressources actuelles du pays ne permettent plus de satisfaire toutes les demandes des citoyens». Pour M. Sellal, cette situation, née du recul de la rente pétrolière, exige une gestion différente de ces ressources qui doivent être orientées vers les secteurs créateurs de richesse.

Le discours prononcé par le chef de l’exécutif à Médéa constitue un message clair à l’adresse des Algériens dans lequel M. Sellal tente, tant bien que mal, d’expliquer aux gouvernés que la situation est appelée à se dégrader d’avantage  les mois à venir, d’autant plus que les prix du pétrole une courbe descendante et qui vas’accentuer lors de la saison estivale.

Se désengageant de ses responsabilités en pointant du doigt le marché pétrolier, le Premier ministre a appelé les Algériens à faire des sacrifices dans la perspective de bâtir une économie forte et diversifiée pouvant sortir le pays de la crise.

Massi M.