Mustapha Berraf est candidat à sa propre succession à la tête du Comité olympique algérien (COA). Il en a fait l’annonce, hier, à la fin des travaux de l’assemblée générale ordinaire tenue au siège de Mobilis à Bab Ezzouar, et durant laquelle ses bilans moral et financier ont été adoptés à la majorité malgré les «critiques» du ministre de la Jeunesse et des Sports, Ould Ali El Hadi.

M. Ould Ali avait déclaré, vendredi, à Constantine, que des éclaircissements ont été demandés au responsable du COA au sujet des «allocations versées par l’Etat dans le cadre de la préparation des Jeux africains 2015 et des Jeux olympiques de Rio 2016 dans le sens où une partie du montant a été utilisée à d’autres fins que celles prévues, et que l’aide étant chapitrée, il fallait demander l’accord de la tutelle et du ministère des Finances».

M. Berraf, qui n’a pas répondu à ces remarques, s’est contenté de dire que le comité olympique rend des comptes au ministère au sujet des subventions versées.  L’ancien basketteur international fait-il mine de ne pas comprendre l’«orientation» du premier responsable du département des sports ? Ou a-t-il décidé de le défier ?

Depuis l’entame du processus de renouvellement des instances sportives, à chaque fois que Ould Ali a lancé des critiques à l’encontre d’un président de fédération, le concerné s’est retiré. C’est le cas notamment de Mohamed Raouraoua, l’ancien président de la FAF. Lorsqu’il n’y a pas de risque d’interventions des fédérations internationales, le MJS décrète carrément que les anciens présidents ou membres des bureaux fédéraux sont inéligibles.

Les «irrégularités» évoqués par le ministre au sujet de la gestion des subventions publiques par le COA sont pourtant graves. Berraf va-t-il aller jusqu’au bout en maintenant sa candidature pour l’AG élective prévue le 27 mai prochain ? Tout dépendra de l’évolution des choses. Il est clair que les membres de l’AG du comité olympique, qui se comptent majoritairement parmi les présidents de fédérations qui n’ont du leur élection ou réélection qu’au «coup de pouce» du MJS, attendront de voir le choix de la tutelle.

Notons que le candidat Berraf est également membre de la commission des recours, installée hier, chose conforme aux statuts du COA d’après lui. La commission de candidature est, quant à elle, composée de l’ancienne volleyeuse Fatima-Zohra Okazi, le même Rabah Bouarifi, et le président de la Fédération  algérienne d’escalade et des sports de montagne, Amar Kaddouche.

Rappelons que Berraf brigue un cinquième mandat. Il avait été président du COA durant les mandats 1996-1998, 2001-2004, 2005-2009 et 2013-2016.

Elyas Nour