La mobilisation des employés de l’administration pour gonfler les rangs des partis du pouvoir est un réflexe qui est loin d’avoir disparu. A Annaba, dans la commune de Cherfa, le maire d’obédience FLN a adressé une convocation aux employés des différentes administrations pour leur demander d’assister à un meeting animé par le numéro deux de la liste du FLN, le très controversé Baha-Eddine Tliba.

Le P/APC a signalé en bas de la convocation que la présence à l’événement était «obligatoire». C’est ainsi finalement que les partis du pouvoir continuent de «mobiliser» les citoyens. Ce genre de procédés est apparemment toujours de rigueur à l’intérieur du pays où de nombreux employés répondent positivement à ce genre d’injonction par craintes de représailles.

Il est à noter que le tête de la Liste FLN d’Annaba est le ministre Boudjemaa Talaï. Mais c’est beaucoup plus Tliba qui est mis en avant. Ce dernier bénéficie du soutien des cercles d’influences locaux. On peut citer, entre autres, les dirigeants du club de l’USM Annaba, qui ont l’habitude de lui mobiliser des supporters pour ses différentes sorties.

La Haute instance indépendante de surveillance des élections législatives va-t-elle réagir à ce grave dépassement? Peu probable!

Elyas Nour