Le passé militant de Djamel Ould-Abbès continue de faire des vagues. Les déclarations du secrétaire général du FLN, indiquant qu’il a été condamné à mort durant la colonisation, ne passent visiblement pas. De nombreux moudjahidine dénoncent ses propos et mettent en doute ses affirmations.

L’ancien dirigeant du Ministère de l’armement et des liaisons générales (MALG), Mohamed Lamkami, est le dernier ancien dirigeant de la révolution à mettre en doute la participation de Ould-Abbès à la guerre d’indépendance. L’ancien officier de l’ALN, qui s’este exprimé lors d’un colloque à Alger, a estimé qu’il avait bel et bien connu le secrétaire général du FLN au lycée, mais qu’il ne l’avait jamais revu depuis. «Je ne lui connais donc pas de passé révolutionnaire ni avant ni pendant la guerre de libération», a déclaré le moudjahid, cité par Liberté.

Cette déclaration s’ajoute à celles qui l’ont précédées. Le célèbre condamné à mort, Abdelkader Guerroudj, a, dans une lettre envoyée au ministre des Moudjahidine, publiée par le quotidien El Watan, réclamé des informations précises sur la condamnation à mort de Djamel Ould-Abbès. Dans sa missive, datée de 5 avril dernier, M. Guerroudj a demandé à connaître la date et le lieu de l’arrestation de Djamel Ould-Abbès, l’attentat qui lui aurait valu cette condamnation, le lieu de sa détention, le nom de son avocat et la date de sa libération. Abdelkader Guerroudj a rendu publique sa correspondance pour dénoncer l’absence de réponse de la part du ministre de la Justice. «Cette lettre reste toujours sans réponse», a-t-il précisé à la fin de son texte.

De son coté, Abdelkader Abid, dit Berkchi, ancien moudjahid de la région de Ain Temouchent a publié une autre lettre dans le même journal pour s’interroger sur le passé militant de Djamel Ould Abbès. «Comment pouvait-il être condamné à mort et aller en France, puis s’installer en Allemagne pour ses études ? Il prétend également avoir rencontré Ali Khodja. C’est incroyable qu’il cite le nom d’un moudjahid ou un condamné à mort avec qui il a milité à Témouchent», a martelé Abdelkader Abid. Ce dernier est revenu à la charge, mercredi dernier. Il a clamé haut et fort que le secrétaire général du FLN n’a jamais fait la guerre.

Malgré cela, Ould-Abbès continue de soutenir qu’il était condamné à mort. Un mensonge ?

Essaïd Wakli