Vicenzo Nesci, le PDG de Djezzy, a longtemps dirigé le plus important opérateur de téléphonie mobile en Algérie, une entreprise où l’Etat algérien est l’actionnaire majoritaire depuis janvier 2015 suite à un long bras de fer, tout en continuant à proposé secrètement ses services à l’homme d’affaires égyptien, Naguib Sawiris, l’homme contre lequel l’Algérie a mené une véritable guerre pour sauver son économie d’une véritable prédation comme nous l’avions expliqué dans cet article 

 

Tout a commencé à Londres où une société a été créée le 22 juillet 2004 sous la dénomination de Landbrick Limited. Cette entité a changé de nom pour devenir Med Câble Limited comme nous le démontre ce document en notre possession :

Cette société appartient directement au sulfureux et controversé Naguib Sawiris à travers sa société Orascom Telecom Holding SAE (OTH) comme nous le démontre encore ce document exclusif en notre possession :

 

Plusieurs directeurs se sont succédé à la tête de cette entreprise, dont quelques-uns disposent de profils très intrigants comme  Iskander Shalaby, membre du conseil d’administration d’Orascom TMT, qui a été nommé directeur de Med Cable Limited le 19 Aout 2004. Rappelons que la société Orascom TMT SAE est présidée jusqu’à la fin de 2016 par Naguib Sawiris et depuis par… Tamer El Mahdy, l’ancien patron de l’entreprise Orascom Telecom Algérie, qui a été condamné à Alger en mai 2012 par défaut à deux ans de prison avec sursis et à une amende de 60 millions d’euro pour “fraude à la réglementation des changes”.

Comme par hasard, parmi la liste des dirigeants cette entreprise de Naguib Sawiris, nous retrouvons le PDG de Djezzy, Vincenzo Nesci, qui a été nommé directeur de la société Med Câble Limited le 12 Décembre 2012. Il était, alors, pourtant, déjà nommé à la tête de Djezzy depuis juin 2012. Comme nous l’avons mentionné auparavant,  la société Med Câble Limited appartient à un seul actionnaire : Orascom Telecom Holding (OTH) de Naguib Sawiris. Une partie de la rémunération de Vincenzo Nesci était donc assurée par OTH. Ces revenus en devises  ont été assurés à travers ce montage complexe qui permet d’échapper au fisc algérien. Voici deux documents prouvant la nomination de Vicenzo Nesci à la tête de cette filiale de Sawiris au moment où il était censé veiller sur le bon fonctionnement de Djezzy, plongé depuis 2010 dans une lancinante crise politique et économique.

 

Les relations “dangereuses” qui lient Vicenzo Nesci à Naguib Sawiris ne s’arrêtent pas là puisque nous retrouvons encore le nom du PDG de Djezzy dans d’autres documents où il apparaît à la tête d’une autre entreprise où l’affairiste égyptien est encore un actionnaire important.   En effet, Vicenzo Nesci a dirigé également une société prénommée : “International Telecommunications Consortium Limited” (ITCL). Il s’agit d’une entreprise créée le 22 Mars 2003 à Londres. Les actionnaires sont : Orascom Telecom Holding ainsi que l’opérateur TELECOM EGYPT comme le démontre ce document :

 


Vincenzo Nesci intègre cette entreprise le 18 Mars 2014 en faisant une bien drôle déclaration concernant son adresse de résidence en Egypte alors qu’il réside notoirement en Algérie puisqu’il y travaille essentiellement en tant que premier manager de Djezzy. Ainsi, Vicenzo Nesci se faisait payer par Djezzy tout en étant directeur d’un autre opérateur étranger appartenant à Naguib Sawiris. Cette pratique est-elle compatible avec la législation de l’Etat algérien ? Est-ce moral et respectueux vis-à-vis des règles déontologiques de se faire payer par un opérateur algérien tout en consacrant son temps et énergie à un autre opérateur étranger ? Voici le document prouvant que Vicenzo Nesci étai bel et bien rémunéré par cette deuxième entreprise de Sawiris :


D’autres documents détaillent les directeurs et les actionnaires de ITCL. Jusqu’au 05 Juin 2015, on peut noter la présence de : Ragi soliman, de la société Accelero Capital gérée par Khaled Bishara, une entreprise où Naguib Sawiris est actionnaire. Nous retrouvons également  Akil Beshir, Vice-président d’ORASCOM TMT SAE, la société de Naguib Sawiris gérée plus tard par le ténébreux Tamer El Mahdy. Des documents dévoilent aussi la présence de Azza Torky, présidente de Telecom Egypt Data, un ISP appartenant à Telecom Egypt le principal opérateur de téléphonie en Egypte, une société cotée en bourse. Vincenzo Nesci, Président du conseil d’administration d’une entreprise algérienne, a côtoyé toute cette “nébuleuse” qui tourne autour d’un seul homme clé : l’égyptien Naguib Sawiris, l’homme qui a provoqué la colère des autorités algériennes depuis 2008. L’homme à cause duquel l’Etat algérien était contraint d’élaborer la fameuse loi du 51/49 pour protéger l’économie nationale contre les prédateurs étrangers.

En dépit de tout le mal que l’Algérie a enduré à cause des manœuvres immorales de ce businessman, Vicenzo Nesci, le PDG de Djezzy, a continué à travailler, dans la discrétion totale, pour ses intérêts faisant fi du danger que fait peser une telle situation de conflit d’intérêts sur les intérêts économiques de l’Algérie.