La campagne électorale pour les législatives du 4 mai prochain ne fait pas taire les revendications syndicales. Le Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) va entamer une grève les 24 et 25 avril prochains.

Le SNPSP réclame, entre autres, plus de sécurité dans les établissements de santé, l’instauration d’une indemnisation financière pour les médecins réquisitionnés pour les examens de fin d’année et la période électorale ainsi que l’installation des représentants de ce syndicat dans les différents comités nationaux, notamment ceux en relation avec la carrière professionnelle des médecins spécialistes et généralistes.

A cela, l’organisation syndicale ajoute l’application d’un ancien accord, conclu avec le ministère de la Santé en 2016. Il s’agit notamment de points relatifs au statut du praticien de la santé publique, la préservation du reliquat d’ancienneté, la mise en place de l’arrêté interministériel consacrant le droit à l’alignement après une formation supplémentaire entre l’ancien et le nouveau diplôme.

Essaïd Wakli