La gendarmerie nationale a démantelé un réseau de recrutement pour le compte de Daech activant à Alger. Après avoir arrêté sept de ses activistes, dont une ressortissante tunisienne, la section de recherche de la gendarmerie nationale continue ses investigations pour mettre la main sur les autres membres de cette cellule qui compterait plusieurs dizaines de personnes.   

Sept personnes appartenant à une cellule de recrutement pour le compte de Daech ont été placées en détention provisoire par le juge d’instruction près le tribunal de Beb El-Oued, après avoir été arrêtées par la section de recherche de la gendarmerie nationale. Parmi ces sept terroristes, on note la présence d’une ressortissante tunisienne faisant office de référant auquel s’adressaient les autres membres pour transmettre leurs messages à un autre réseau situé en Tunisie, rapporte le quotidien El Bilad, citant une source proche du dossier.

Toujours selon la même source, la section de recherche de la gendarmerie nationale a pu démanteler ce réseau terroriste en mettant sous écoute ses membres qui avaient attiré l’attention des services de sécurité en mettant en ligne des contenus numériques ( commentaires, bandes audio ou des vidéos) faisant l’apologie de Daech. Le contrôle de certaines applications, fonctionnant avec la technologie 3G et 4G comme Skype, Facebook et Outlook, a permis aux services de sécurité d’avoir des enregistrements des discutions qu’entretenaient les recruteurs avec des interlocuteurs à l’étranger.

Massi M. 

 

El Bilad a également fait savoir que les autorités compétentes ont demandé à leur partenaire tunisien, un rapport sur la terroriste tunisienne afin de reconstituer le carnet d’adresses de cette dernière. Le but étant, selon la même source, d’identifier les membres de ce réseau transnational afin de le mettre hors d’état de nuire.

 

Massi M.