Des journalistes d’Ennahar TV ont essayé de faire chanter un homme d’affaires très bien introduit dans les milieux politiques. Ce scandale fait couler beaucoup d’encre dans les coulisses des médias algériens.  Selon plusieurs sources concordantes, deux journalistes d’Ennahar TV auraient tenté de réclamer à un richissime homme d’affaires une somme mirobolante en le menaçant de divulguer des informations très compromettantes. 

Selon nos sources, cet homme d’affaire ne s’est pas laissé faire et prend la décision d’informer les services de sécurité Une enquête est déclenchée et un guet-apens a été tendu aux deux journalistes véreux. Le scandale éclate rapidement et ébranle, par la suite, toute la rédaction d’Ennahar TV. La direction de la chaîne aurait dégradé les deux rédacteurs en chef, Ahmed Hafsi et Mustapha Boussri. Les deux journalistes impliqués auraient été licenciés. Et deux autres journalistes sont également poussés à la porte.

Le scandale fait toujours parler de lui dans les coulisses et les salons surtout que la victime aurait d’ores et déjà saisi la justice.  Contacté par nos soins,  Anis Rahmani, le directeur de cette chaîne de télévision privée, dément catégoriquement  ces informations et parle uniquement d’une “réorganisation de la rédaction”. “Il n’y a aucun scandale ou une affaire en justice. Nous avons installé 4 rédacteurs en chef pour renforcer le contrôle sur la rédaction et améliorer la qualité de nos reportages”, explique à Algérie-Focus Anis Rahmani.

“Quant aux journalistes licenciés, ils ont été démis de leurs fonctions en raison de la médiocrité de leur niveau. Nous avons reçu plusieurs requêtes au sujet des carences de ces journalistes qui n’ont pas réussi à évoluer comme nous l’avons souhaité”, indique encore Anis Rahmani selon lequel un seul journaliste a été licencié pour des “pratiques contraires à la déontologie”. “Des rumeurs malveillantes à notre encontre circulent dans les rédactions des confrères. Elles sont totalement infondées. A Ennahar TV, nous tentons de nous remettre en cause pour perfectionner notre travail et améliorer le niveau de nos journalistes”, conclut Anis Rahmani qui rappelle en dernier lieu qu’une caméra cachée est en cours de tournage au sein d’Ennahar TV. “Peut-être que cette personnalité s’est retrouvée piégée par notre caméra cachée. Mais toutes les victimes sont informées à la fin”, explique notre interlocuteur.