Le journaliste et militant Idir Tazerout vient d’être condamné à six mois de prison avec sursis assortis d’une amende d’un million de dinars par le juge de la section pénale du tribunal d’Azazga dans l’affaire de la mosquée salafiste dans un village de la localité d’Aghribs. 

“Mon avocat fera appel cette semaine compte tenu de cette décision arbitraire”, a réagi Idir Tazerout qui affir. me ne pas baisser les bras. “Je continue avec un grand plaisir à dénoncer et combattre la peste salafiste où elle se manifeste.
Je ne cède rien sur ma liberté d’expression”, a encore promis l’un des anciens membres du collectif Barakat qui a milité avec beaucoup d’énergie contre le 4e mandat d’Abdelaziz Bouteflika.

De son côté, l’avocat Amar Zaïdi a qualifié également cette décision de justice “d’arbitraire”. “Les éléments constitutifs du délit de diffamation selon l’article 296 du code pénal ne tiennent pas la route”, a-t-il expliqué en dernier lieu.