Les chiffres sont énormes. Ils démontrent que l’Algérie est un pays qui n’a pas encore recouvert son indépendance. Pour se nourrir, notre pays dépend intégralement de l’étranger. Et avec ses importations alimentaires, l’Algérie aurait pu nourrir plusieurs pays africains. 
Preuve en est, l’Algérie importe pour l’équivalent de 600 millions d’africains, nous apprend l’expert algérien Sofiane Benadjila, diplômé de l’École Nationale Supérieure Agronomique (Ensa : ex INA) et spécialiste dans recherche agronomique. Ce dernier a recoupé tous les chiffres officiels et fiables, notamment ceux de la Banque Africaine de Développement, pour dresser un rapport complet et détaillé sur la souveraineté alimentaire de notre pays.

L’Algérie qui ne représente que 3% de la population africaine importe pour l’équivalent de 30 % des besoins africains en produits alimentaires. Le continent africain importé en 2015 pour l’équivalent de 35 milliards de dollars de produits alimentaires, indique la Banque Africaine du Développement. Les importations de l’Algérie représentent à elles-seules plus de 11 milliards de dollars.  Le constat est terrifiant et soulève de nombreuses interrogations sur la politique agricole qui a fait faillite dans notre pays. Et pendant ce temps-là, le gouvernement ne cesse d’annoncer que la production agricole nationale est en nette augmentation avec une croissance qui aurait atteint ces dernières années 11 %. L’expert Sofiane Benadjila doute fortement du bien-fondé de ces chiffres qui s’avèrent être une immense supercherie.

L’Etat algérien annonce que la valeur de la production agricole nationale est de 35 milliards de dollars alors que sur le terrain aucune production n’arrive à satisfaire les besoins alimentaires de la population algérienne. Sofiane Benadjila épluché dans son rapport les divers rouages de notre agriculture. Il n’y aucun mécanisme fiable qui garantit une telle production. Les chiffres du gouvernement ne sont nullement crédibles. Le chercheur algérien a osé une comparaison avec le Maroc qui exporte vers de nombreux pays ses produits agricoles et s’impose petit à petit comme un important producteur agricole. “Au Maroc, la production est fixée à 1 million de$ par million d’hectare. En Algérie, nous n’avons même pas atteint la moitié”, explique-t-il à Algérie-Focus en signalant que si la valeur de la production agricole marocain oscille entre 9 et 12 milliards de dollars, celle de l’Algérie ne dépasse guère les 5 milliards de dollars.
Les mensonges des autorités ne peuvent donc guère voiler la réalité. Celle d’un pays qui ne dispose d’aucune souveraineté alimentaire puisque “le 1/4 des calories consommées” sont uniquement produites en Algérie, déplore Sofiane Benadjila. 70 % de nos besoins alimentaires sont satisfaits grâce à nos importations. Et pourtant, en terme de superficie, nous sommes le plus grand pays en Afrique.