Alors que la crise économique ronge le pays, les autorités peinent à mobiliser toutes les ressources susceptibles d’aider l’économie nationale à se relever. Ainsi, le ministère de l’Agriculture a recensé plus de 100 000 hectares de terres cultivables non exploitées. Elles ont été récupérées par les autorités. Aucune indication n’a été fournie quant à leur future affectation.

«L’opération de récupération des terres agricoles, à travers la déchéance ou la résiliation, a été entamée en septembre 2016. A ce jour, 100.000 ha ont été récupérés par la résiliation des contrat des personnes bénéficiaires », a indiqué le ministre lors d’une réunion des responsables chargés du foncier agricole au niveau national.

Selon Abdesselam Chelghoum, cette superficie concerne les terres attribuées dans le cadre de l’accès à la propriété foncière (APFA) par la mise en valeur et celles affectées dans le cadre de la circulaire interministérielle portant sur la création de nouvelles exploitations agricoles et d’élevage de 2011. A ces assiettes, s’ajoutent 13.000 ha attribués dans le cadre de la conversion du droit de jouissance des terres relevant du domaine privé de l’Etat en droit de concession dont les exploitants ont été déchus de leurs actes de concession.

«Je dis à ceux qui ont l’intention autre que d’exploiter ces terres qu’ils changent de domaine (…). Les choses ont beaucoup changé. Nous sommes à la recherche de partenaires en mesure d’accompagner l’Etat dans sa stratégie d’assurer la sécurité alimentaire du pays et de diversifier l’économie nationale», a indiqué le ministre.

Le secteur agricole est le seul qui enregistre un taux de croissance appréciable malgré la crise. L’évolution de cette branche a été de 6% l’an dernier, selon les chiffres officiels.

S.W.