Malgré les pressions, les syndicats autonomes de la Fonction publique ne baissent pas les bras. Réunis samedi à Alger, ils ont annoncé la reprise des «hostilités» avec les autorités dès les prochains jours. Une rencontre est d’ailleurs prévue le 08 avril prochain pour donner une réponse commune à l’avant-projet de loi sur le code du travail avant que les syndicalistes ne tentent une manifestation publique le 01 mai prochain à Béjaïa.

Si la manifestation, qui devait se dérouler le mois de mars, a été empêchée par la police, celle de Béjaïa aura un cachet particulier. El plus de se dérouler à la date de la célébration de la Journée internationale des travailleurs, elle interviendra trois jours seulement avant les élections législatives. Or, les autorités tiennent à ce qu’il n’y ait aucune fausse note durant la période préélectorale. C’est pour cela d’ailleurs que même ces syndicats autonomes, pourtant reconnus officiellement par l’administration, ont été empêchés de tenir leurs réunions à Alger.

En plus de ces actions publiques, les syndicalistes comptent peser sur l’orientation que prendra la nouvelle loi portant code du travail. Ils ont d’ailleurs été consultés, pour la première fois, par les autorités avant que le projet ne soit finalisé.

Essaïd Wakli