Les prières de tarawih sur la voie publique seront, durant le prochain ramadan, soumises à l’autorisation préalable des collectivités locales et des services de sécurité. 

Le ministre des Affaires religieuses Mohamed Aissa a indiqué, hier samedi, lors d’un point de presse en marge d’une réunion tenue en présence des principaux cadres de son département, les directeurs de wilaya ainsi que nombre d’imams, à l’institut de formation Dar El Imam, à (Alger), que les mosquées ne disposeront plus de leurs espaces immédiats pour permettre aux fidèles d’accomplir les prières de tarawih durant le mois de ramadan prochain.

Selon le ministre des Affaires religieuses, la décision a été prise lors d’une réunion interministérielle consacrée aux préparatifs pour le mois de ramadan. «Durant cette réunion, les organes de sécurité ont mis en exergue la résurgence de la menace terroriste. Il a été décidé que des autorisations seront délivrées au cas par cas», a-t-il fait savoir en évoquant l’attentat avorté de Constantine.

M. Aïssa a également indiqué que son département a délivré, à titre exceptionnel, des autorisations pour rouvrir les “mossala” (salles de prière) pour accueillir les fidèles lors des prières de tarawih le mois de ramadan prochain. Il a cependant souligné que ces salles de prière seront fermées à la fin du mois sacré.

Massi M.