Le juge d’instruction près du pôle judiciaire spécialisé d’Oran a ordonné, hier, la mise sous les verrous de neuf personnes, dont des douaniers, impliquées dans l’affaire de l’importante quantité d’ecstasy (148 000 comprimés) saisie il y a une semaine au port de la ville.

Les faits remontent à vendredi dernier lorsqu’une brigade de la gendarmerie nationale a mis la main sur un véhicule transportant une importante quantité d’ecstasy. Après vérification, il s’est avéré que la voiture en question venait de quitter le port d’Oran. C’est un douanier exerçant au niveau de ce dernier, avec la complicité de son assistant, qui a autorisé le véhicule à quitter les lieux sans le moindre contrôle avec 148 000 unités de cette drogue à bord.

Le plus grave est que le douanier en question, par ailleurs secrétaire général su syndicat local est suspendu depuis un moment pour une autre affaire de détournement d’un conteneur de produits cosmétiques de luxe, rapporte le quotidien El Khabar.

Comment expliquer qu’un douanier suspendu puisse se retrouver à l’intérieur du port et avoir l’autorité d’autoriser un véhicule à quitter les lieux ? La question reste posée. Mais, il est clair que celui-ci a bénéficié d’autres complicités.

Notons que pas moins de 35 douanier exerçant au port d’Oran ont été suspendus ces derniers temps pour des motifs similaires.

Elyas Nour